Bakhodir Jalolov : L’autre Arslanbek Makhmudov

Bakhodir Jalolov : L’autre Arslanbek Makhmudov

Mise à jour : Je vous ai sorti un vieux texte de mon répertoire. C’est que Jalolov flirte doucement vers une médaille d’or olympique. Malgré qu’il soit déjà chez les professionnels, la grande nation de l’Uzbékistan lui a fourni un jet privé, une carte de crédit ne contenant aucune limite pour s’assurer une médaille à Tokyo.

Lou Dibiella est un promoteur de boxe qui connaît beaucoup de succès, il possède des clubs de baseball et produit aussi plusieurs films. Si vous lui demandez qu’elle est sa plus grande fierté en carrière, il ne répondra pas son academy awards ou son rôle d’acteur dans Rocky mais bien le jour où il a signé Bakhodir Jalolov. Lou a un sourire imprimé au visage depuis le 16 mai 2018 et la raison est simple, il a gagné le gros lot.

Bakhodir Jalolov est né le 8 juillet 1994 dans la petite ville de Sariosiyo en Ouzbékistan. Après avoir gagné plusieurs compétitions, il devient le porte-drapeau de son pays aux jeux olympiques de Rio en 2016. C’est Joseph Joyce qui mettra fin à son rêve olympique en 16ieme de finale.

Fiche professionnelle: 8-0, 8KOs

Fiche amateur : 85-11

Entraîné par : Pedro Diaz

Gérant : Max Alperovich fight promotions inc

Promoteur : Lou Dibiella entertainment

Surnom : Big Uzbek

Domicile : Brooklyn, New York

Détient une maîtrise en kinésiologie

Du haut de ses 6 pieds 7 pouces, le gaucher se sert abondamment d’un jab en puissance pour s’assurer que ses adversaires ne tentent pas de rentrer à l’intérieur. Son jeu de pieds est d’un niveau supérieur à tout ce que vous avez déjà vu chez les lourds et sa défense est hermétique, la preuve est qu’il n’a jamais visité le tapis en carrière.

Lou Dibiella et le comité olympique Uzbek sont en constante communication pour tout faire pour s’assurer la présence de Bakhodir aux jeux olympiques de 2020, les pros étant admis depuis 2016.

Ce pauvre homme a tenté d’empêcher l’Ouzbek de remporter les jeux olympiques de 2020

Brutal et criminel ce sont les mots utilisés par le président de la WBC Mauricio Saulaiman pour qualifier Bakhodir Jalolov. Contexte : malgré son saut chez les professionnels, Bakhodir s’inscrit au championnat du monde amateur pour obtenir une place aux jeux olympiques de 2020. Dès le début du premier round, il se lance sauvagement sur son adversaire américain Richard Torrez qui lui concède une tête, 40 livres et beaucoup d’expérience. La suite…… Torrez est inconscient sur le ring et Saulaiman promet de sortir de ses classements 2 ans tous les boxeurs qui joueront sur les deux tableaux.

Les victimes s’accumulent……….

Les deux meilleurs prospects chez les lourds se nomment Arslanbek et Bakhodir, si le notre les assomme en 1 minutes, l’autre est plus en finesse mais le résultat demeure le même…. le Knockout.

administrator

Related Articles